Quevauvillers, un village picard du sud-amiénois...

le fief de la Vacqueresse

est désigné dans les titres anciens sons les noms de Vacchereccia, Vaccarie. Ce fief situé à Quevauvillers comprenait autrefois deux fermes importantes, un bois immense et 100 journaux de terre à la sole. Il appartint dans l’origine, en partie à Guy de Cempuz qui, en 1144 vendit à l’abbaye du Gard tout ce qu’il possédait en terres, de l’assentiment de son père Hugues de Cempuz, de sa femme Mathilde, de ses Fils Eustache et Hugues, et de son seigneur de Conti. En 1160, Bérenger de Neuville, qui avait aussi quelques biens sur Vaqueresse, fit don à l’abbaye du Gard de tout ce qui lui appartenait en terres, bois et dîmes. Son exemple fut imité par Robert Strabon, qui donna également à l’abbaye du Gard tout ce qu’il possédait sur le terroir de la Vaqueresse avec la quatrième partie de la dîme, du consentement de son seigneur Godefroi de la Chapelle, duquel fief dépendait. Ces deux donations sont constatées dans une lettre de l’évêque d’Amiens Thierry et relatées dans le cartulaire du Gard.

Il est à croire que les bois de la Vaqueresse jouissaient d’une bien grande réputation pour les constructions, car le vidame de Picquigny en 1220, qui certes ne manquait pas de bois, s’en servit, pour sa maison d’AilIy, au préjudice de l’abbaye du Gard. En compensation, il céda sur sa grange du Quesnot deux muids de blé et deux d’avoine.

error: le contenu est protégé !